mardi 12 décembre 2017

Newsletter



Vous souhaitez être prévenus de l'arrivée de nouveaux articles?
Laisser simplement un commentaire et je me charge du reste!

* * * *

Les enfants de Vénus, tome 1

Quelques centaines d'années après la Révolution de Vénus qui a permis l'avènement d'une ère matriarcale, Physalis, princesse de Sàlissa et descendante de Vénus, est en âge d'enfanter une héritière pour le trône. Au mépris du protocole, elle refuse la méthode d'insémination et fait appel à un procréateur. Mais dans un futur où les hommes sont considérés pour la plupart comme des êtres inférieurs ce choix ne s'avère pourtant pas si simple... Les deux jeunes gens que tout oppose commencent à devenir proches et cette intimité inédite remet en cause l'ordre établi. Face à la pression du conseil du royaume et aux interdits qui planent sur cette relation, Physalis va devoir faire un choix entre ses responsabilités d'héritière et ses convictions...




Physalis acquiesça. Elle retourna en direction de se chambre, soudain pleine de lassitude. Son enthousiasme était retombé. Non seulement elle devrais assister à cette cérémonie d'inauguration où elle devrait saluer, parler à des centaines de femmes, et agir en bonne petite princesse pendant des heures, mais en plus elle ne verrait pas Lime avant le lendemain, ce qui l'attristait finalement bien plus que le reste.

Extrait en page 31 & 32.
Je tiens premièrement à remercier Livraddict, ainsi que l'auteure, M.S. Mage, pour m'avoir si gentiment offert ce roman. Le résumé de ce livre a su m'attirer. Celui-ci laissait miroiter une histoire différente, abordant un sujet peu exploité dans les livres que j'ai la chance de lire, et c'est ce qui m'a poussé à en faire la découverte.

C'est donc avec empressement que je me suis lancé dans cette histoire. Celle-ci prend place au sein d'une société matriarcale, ce qui a su me déstabiliser, bien que cela m'ai beaucoup plu. Nous sommes tellement habitué à des histoires où l'homme occupe des places de pouvoir et où les femmes occupent certains emplois plus en marge de la société, tels que femmes de ménages ou bien même travailleuses du sexe, que de voir les rôles inversés m'a fait un grand choc. Mes repères ont été chamboulés, et cela m'a fait réaliser à quel point notre société, bien que les femmes puissent y occuper des rôles importants, est toujours menée par le patriarcat sur bien des aspects. C'est donc une perspective nouvelle que ce roman m'a apportée, et j'ai bien apprécié ce changement.

On entre donc dans l'histoire de Physalis, jeune héritière au trône de Sàlissa un royaume gouverné par les femmes, pour les femmes. Il s'agit d'un personnage principal que j'ai beaucoup aimé, notamment pour sa fougue et son esprit de rébellion. Ce sont deux aspects de sa personnalité qui ont résonné chez moi, et que j'aurais apprécié qu'elle développe un peu plus, en particulier envers sa mère, que j'ai trouvé particulièrement désagréable tout au long de l'histoire. J'aurais aussi bien aimé qu'elle garde cette envie de défier les règles jusqu'à la fin, puisqu'elle m'a semblé renoncer à ses convictions un peu trop facilement à mon goût. Toutefois, la toute fin m'a prouvé qu'elle n'avait peut-être pas perdue cette flamme que j'avais décelée chez elle dès le début, mais qu'elle l'avait peut-être plutôt redirigé intelligemment.

Pourtant, du côté du personnage principal masculin, j'ai été un peu déçue. Celui-ci m'a semblé plat mis à côté de Physalis, et lorsque j'avais l'occasion de lire ses points de vues, je n'étais pas convaincue par sa façon de penser. J'espère qu'il se démarquera plus dans le deuxième tome, puisqu'il pourrait malheureusement s'agir d'un personnage que j'oublierai rapidement autrement.

Si vous chercher un livre rempli d'action et de rebondissements, peut-être qu'il faudrait chercher ailleurs, puisque celle-ci n'arrive que pour un court moment vers la fin, ais malgré tout, l'histoire a su me happer. J'ai tourné les pages de ce livre les unes après les autres, jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus, et j'ai bien hâte de pouvoir lire la suite.

dimanche 26 novembre 2017

La Sélection, tome 5 : La Couronne

Il ne doit en rester qu'un.

Vingt ans après la Sélection d'America Singer, et malgré l'abolition des castes, la famille royale d'Illeá doit à nouveau faire face au mécontentement du peuple : L'heure est venue de lancer une nouvelle Sélection.

Sa mère à l'article de la mort, son père dévasté, il est temps pour la princesse Eadlyn de passer à la vitesse supérieure dans le processus de la Sélection. Encore novice aux jeux de l'amour et du pouvoir, détestée par une partie de l'opinion publique, elle doit pourtant choisir au plus vite son Élite de six prétendants. Devenir femme, épouse et reine en l'espace de quelques semaines, telle est la lourde tâche qui repose sur les épaules de la princesse. Mais le coeur peut se révéler un précieux allié, pour qui sait l'écouter...
Comment étais-je censée prendre la place de mon père? J'étais déjà épuisée au bout de la première journée. Impossible de récidiver tous les jours pendant les prochaines semaines, sans parler des années qui m'attendaient une fois que j'aurais hérité de la couronne pour de bon.
Et comment allais-je choisir un mari? Qui était le meilleur choix? Qui serait le plus aimé par le peuple? Était-ce d'ailleurs une bonne question? Était-ce juste?
Je m'essuyais les yeux avec la paume de ma main comme une enfant : j'aurais aimé redevenir naïve et innocente sans aucune idée de tous les problèmes qui pouvaient surgir en une seule journée.
J'avais du pouvoir, mais je ne savais pas comment l'utiliser. J'étais une reine qui ne savait pas régner. Une jumelle abandonnée. Une fille sans parents. J'avais six prétendants, mais je ne savais même pas comment on procédait pour tomber amoureuse.

Extrait en page 42.
     C'est en étant un peu déçue que je referme le dernier tome de La Sélection. Non pas déçue face à l'histoire, mais en sachant qu'il s'agit bien du dernier tome cette fois. La Sélection n'était pas une série révolutionnaire et n'apportait pas non plus de nouveau genre, mais elle n'en était pas moins très agréable à lire et j'ai passé un bon moment de lecture en sa compagnie.

Eadlyn, le personnage principal, a subi un si grand développement psychologique qu'elle en est méconnaissable. Ce n'est plus cette adolescente égoïste et centrés sur elle-même qu'elle était lors de sa première apparition, mais bien une jeune femme digne de succéder son père sur le trône. J'ai appris à l'apprécier, et je crois même m'être un peu reconnue en elle. J'ai aimé voir l'évolution de ses questionnements, ses valeurs et ses décisions, ainsi que ses relations avec les autres personnages.

Ces derniers m'ont tout autant plu et j'étais triste de les voir partir les uns après les autres. C'est toutefois avec beaucoup de joie que j'ai découvert l'identité de l'élu, un choix qui souligne encore plus les changements subi par Eadlyn. J'aurais par contre aimé en apprendre plus sur certains des prétendants, puisque j'ai eu l'impression que certains d'entre eux m'étaient toujours un peu inconnus, et ce, même dans ce dernier tome.

Le fin, quant à elle, m'a offert un retournement de situation que je n'avais pas vraiment vu venir, malgré certains indices dispersés au fil de la lecture. Cette fin pourrait facilement donner place à d'autres tomes, mais d'après ce que j'ai compris, il s'agirait bel et bien du dernier. Je n'étais pas fermé à l'éventualité de lire d'autres livres de cette série, mais après cinq tomes, je dois avouer que celle-ci commençait un peu à s'essouffler, et je n'aurais pas aimé que mon appréciation de La Sélection se trouve entachée par une trop grande quantité de livres publiés. C'est donc un peu triste, mais bien contentée que je referme ce dernier tome.