dimanche 20 août 2017

Newsletter



Vous souhaitez être prévenus de l'arrivée de nouveaux articles?
Laisser simplement un commentaire et je me charge du reste!

* * * *

Everything, everything

Ma maladie est aussi rare que célèbre, mais vous la connaissez dans doute sous le nom de «maladie de l'enfant-bulle». En gros, je suis allergique au monde. Je viens d'avoir dix-huit ans, et je n'ai jamais mis un pied dehors. Un jour, un camion de déménagement arrive. Je regarde par la fenêtre et je le vois. Le fils des nouveaux voisins est grand, mince et habillé tout en noir. Il remarque que je l'observe, et nos yeux se croisent pour la première fois. Dans la vie, on ne peut pas tout prévoir, mais on peut prévoir certaines choses. Par exemple, je vais certainement tomber amoureuse de lui. Et ce sera certainement un désastre.



Chaos theory says that even a small change in initial conditions can lead to wildly unpredictable results. A butterfly flaps her wings now and a hurricane forms in the future.
Still.
I think if I could just find the moment, I could take it apart piece by piece, molecule by molecule, until I got down to the atomic level, until I got to the part that was inviolate and essential. If I could take it apart and understand it then maybe I could make just exactly the right change.



Extrait en page 297.
     Ce livre se trouvait dans ma PAL depuis un bon moment déjà, mais c'est seulement en voyant la bande-annonce pour le film qui est récemment sorti que je me suis dit que je devrais rapidement me mettre à sa lecture si je ne voulais pas me faire spoiler. De plus, comme ce livre compte majoritairement de bonnes critiques, je n'y ai pas pensé à deux fois avant de me lancer.

Tout d'abord, j'ai bien aimé la forme du livre. Il s'agit d'un roman qui utilise beaucoup le visuel. Plusieurs images sont dispersées tout au long du roman, et lorsque les deux personnages principaux communiquent par courriel et messageries instantanés, les formes sont respectées, ce que j'ai beaucoup aimé. Cela ajoutait une nouvelle dimension au livre, du divertissement, et cela fait en sorte que le livre se lit très rapidement.

Du côté des personnages, je les ai beaucoup appréciés, même si je les ai trouvés un petit peu vides. Je crois que, même s'ils étaient intéressants et qu'ils avaient chacun leur personnalités distinctes et complètes, ils auraient pu être un peu plus poussés au niveau du développement psychologique. Certaines de leurs actions me semblaient un peu trop irréfléchies pour sembler réalistes. C'est aussi ce que j'ai pensé de l'histoire d'amour qui représente la quasi-totalité de ce roman. Celle-ci était un peu niaise, irréfléchie, et semblait parfois un peu trop facile malgré les circonstances.

Malgré tout, je me suis laissé emporter par cette histoire loin d'être parfaite et par ces personnages quelques peu clichés et j'en suis venue à dévorer ce livre. Et puis j'en suis arrivé à la fin, qui m'a totalement surprise. Je dois admettre que si ce n'était pas pour la fin, j'aurais probablement classé ce livre avec mes autres lectures ne se démarquant pas du lot. Cette fin, je ne m'y en attendais pas du tout, même si au fond, l'auteure nous donne de petits indices tout au long du roman. J'ai trouvé qu'elle donnait une nouvelle dimension à l'histoire, beaucoup plus de profondeur que ce à quoi je m'attendais, et j'ai adoré.

Ce livre n'est peut-être pas un coup de coeur pour moi, contrairement à certains, mais il s'agit sans aucun doute d'une lecture que j'ai dévoré et dont je me souviendrai probablement assez longtemps.


Demain n'est pas un autre jour

Avant le diagnostic, la vie de Lane était plutôt banale. Au sanatorium pour ados, il rencontre l'irrésistible Sadie et sa bande de copains. Rebelles, excentriques et résolument vivants, dans le monde rigide de l'établissement, ces adolescents ne suivent que leurs propres règles. À leurs côtés, Lane réalise que la maladie n'est pas nécessairement une fin : quand l'amour et l'amitié viennent tout bousculer, elle pourrait même constituer un nouveau départ.





Everyone else had known that. And I should have, too. I just hadn't wanted to admit it, because admitting it meant acknowledging the possibility that the odds might not be in my favor. And that possibility was terrifying. 

I wasn't surrounded by sick kids, I was one of them.


Extrait en page 103.
     J'ai eu l'occasion de lire Coeurs brisés, têtes coupées de Robyn Schneider, que je n'avais malheureusement pas particulièrement apprécié, mais j'avais à ce moment décidé de donner une seconde chance à l'auteure en lisant ses prochaines oeuvres. Dès que j'ai lu le résumé de Demain n'est pas un autre jour, j'ai eu un bon pressentiment, si bien que je l'ai acheté dès sa sortie, mais ce n'est que récemment que j'ai pris le temps de me lancer dans sa lecture.

Pour débuter, je dois admettre que la plume de Schneider est un vrai régal, bien différente de la faible traduction que javais lu dans Coeurs brisés, têtes coupées. Je me suis laissé bercer par ses mots, son humour et son vocabulaire dès les premières lignes. Je crois que la traduction de ma précédente lecture lui avait fait perdre toute sa beauté, et j'ai bien aimé avoir la chance de redécouvrir son écriture, ou plutôt de réellement la découvrir cette fois.

Schneider a su transmettre les émotions avec brio dans ce roman, et c'est ainsi que je me suis laissé transporter par l'histoire de Lane et de son séjour à Latham. Lane est un personnage principal avec lequel j'ai réussi à m'identifier. Cette peur de l'échec qui le caractérise lui rend la vie difficile dans cet environnement qui ne peut permettre aucune compétitivité, et qui laisse seulement la place au repos et, dans le meilleur des cas, à la guérison. Les émotions du jeune homme étaient facilement ressenties, et je me suis laissé submerger par celles-ci tout au long de ma lecture.

Les personnages représentent aussi un point fort de cette lecture. Le deuxième personnage principal, celui de Sadie, m'a beaucoup plu. Nous avons l'occasion de lire leur point de vue à tous les deux, et c'est quelque chose que j'ai beaucoup aimé. J'ai beaucoup apprécié la complexité du personnage de Sadie, qui peut sembler tellement simple à priori. En fait, j'ai tout simplement aimé la complexité des personnages. Bien que l'auteure aurait très bien pu développer beaucoup plus de ses personnages secondaires, elle a tout de même fait un très bon travail pour en développer quelques-uns de façons très intéressantes.

L'histoire d'amour de cette lecture m'a un peu laissé de glace. Je la trouvais mignonne, mais un peu niaise. Toutefois, ce n'est pas réellement quelque chose qui m'a dérangé. Je ne me suis pas laissé bercer par celle-ci, mais elle ne m'a pas vraiment déplu. Disons simplement qu'elle ne m'a fait ni chaud ni froid.

En conclusion, il s'agit d'une excellente lecture mais attention à ne pas trop la comparer à d'autres romans du même genre, comme Nos étoiles contraires de John Green, puisque malheureusement, alors, elle en perd un peu de son attrait.


It's so strange how the moment of your birth is this fixed point in time, but the hour of your death is always changing based on what you eat  for dinner, or where you cross the street, or who you trust when you're alone in the dark woods. But I like to think of all those little moments that add up to the final one, because it meant that my death would be my own, the result of my life, and not just something that happened to me.

Extrait en page 314.